Pourquoi faut-il consulter un psy avant et après une chirurgie esthétique ?

Pour Claude Halmos, psychanalyste, pour qui Parler, c’est vivre, titre de son ouvrage, il est important avant et après une chirurgie esthétique, de consulter un psychologue. Parce que selon lui, le passage à l’acte de la chirurgie plastique traduit le plus souvent, pour ce qui est des femmes, une « féminité mal vécue ». Mais de manière générale, recourir au bistouri pour modifier son apparence traduit un manque d’estime de soi, une non-acceptation de soi, dont les ressorts psychologiques doivent être évalués.

La peur du regard d’autrui


Le Regard de l’Autre dont a parlé le professeur Jean-Baptiste Fotso dans un livre publié en 1982 est la raison principale pour laquelle de nombreuses personnes n’arrivent pas à se supporter. Le regard d’Autrui disait Sartre « me chosifie ». La honte est le sentiment qui selon l’auteur de L’Être et le Néant naît de la rencontre avec cet autre différent de moi.
Dans ce sens, l’on comprend que le choix de recourir à la chirurgie plastique soit dicté la plupart du temps par ce regard humiliant qui n’hésite pas à rappeler les nombreuses imperfections que l’on peut avoir. En posant sur notre visage, notre corps, son regard, Autrui grossit ces imperfections, ces anomalies à tel point que le seul désir que l’on peut avoir est de lui faire plaisir en étant comme Il souhaite que l’on soit sans nous le dire. De nombreux témoignages et avis de patients justifient justement de cette hypothèse d’un changement opéré sur soi dans le but de satisfaire à une demande extérieure.

Une raison insuffisante…

Pour le Dr Claude Halmos, l’on ne peut pas tenir compte seulement des exigences extérieures, ces petites voix qui nous susurrent de procéder à une réduction mammaire, une augmentation des seins, un lifting du visage, etc., pour se faire opérer. Car s’il est vrai que le résultat esthétique peut être parfaitement réalisé, il y a un risque que « l’identité sexuée » du patient quant à elle en souffre ou se voit modifiée. Or reconstruire un corps, c’est d’abord reconstruire toute l’histoire (familiale, parentale, amoureuse et même professionnelle) du sujet.
Autrement dit, remodeler le corps sans passer par la phase psy, c’est comme agir sur les effets plutôt que sur les causes. Or, c’est seulement en interrogeant les motivations personnelles et intimes du patient qu’il est possible d’identifier les causes profondes. Parfois, il suffit de rétablir le dialogue entre un couple, pour que disparaisse tout à coup le besoin de se faire opérer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − 7 =